Sermon du Vendredi

Les Violences Domestiques

03. Dezember 2021
Rahla

Chers Croyants !

Dans le verset suivant, notre Seigneur Tout-Puissant dit : « Et quant à ceux qui ont la foi et font de bonnes œuvres, Il leur donnera leurs récompenses. Et Allah n’aime pas les injustes. »[1]

Dans ce verset, Allah souligne l’importance de la foi et des bonnes actions et nous rappelle que nous recevrons leur récompense dans l’au-delà. Cependant, à la fin du verset, en disant « Allah n’aime pas les injustes », il nous conseille de ne pas négliger nos relations humaines tout en faisant attention à notre foi et à nos adorations. Notre Seigneur dit : « Ô Mes serviteurs, Je Me suis interdit l’oppression, et Je l’ai interdit entre vous, alors ne vous opprimez pas les uns les autres »[2]. Il attend de nous que nous évitions la persécution et que nous respections les normes morales les plus élevées, en particulier dans nos relations familiales.

Chers Frères !

Dans un de ces hadiths notre Prophète ﷺ dit : « Lorsqu’une chose est ornée de douceur, elle l’embellit, et lorsqu’elle en est privée, elle l’enlaidit. »[3]. Ce hadith majestueux, qui constitue la base de nos relations humaines, est particulièrement déterminant pour notre vie de famille. Anas (r.a.), l’un des Compagnons les plus proches du Prophète (psl), décrit une expérience exemplaire qu’il a eue avec le Messager d’Allah : « J’ai servi le Prophète pendant dix ans. Jamais il ne m’a dit : ‘Ouf !’, ni, à propos d’une chose que j’avais faite : ‘Pourquoi donc as-tu fait ceci ?’, ni, au sujet d’une chose que j’avais omis de faire : ‘Pourquoi n’as-tu pas fait cela ? »[4]

Chers frères !

Malheureusement, alors que l’environnement familial devrait être un havre de paix, de nombreuses personnes sont victimes de violences domestiques. En premier lieu, les femmes et les enfants sont principalement exposés à cette situation pénible. Nous observons que les cas de violence domestique ont augmentés avec les confinements liés à la pandémie. L’Islam interdit la violence sous tous ses aspects, physique ou psychologique, peu importe à qui elle est destinée. Quelle qu’en soit la raison, le recours à la violence est un comportement qui n’est pas conforme à la nature humaine et porte atteinte à la dignité humaine. Traiter injustement les femmes, les hommes, les enfants, les personnes âgées, les animaux et toute forme de vie, rendra ce monde invivable et insupportable. La situation est encore pire si des versets et des hadiths sont utilisés abusivement afin de justifier de tels actes. À cet égard, l’un des devoirs communs de l’humanité est de réagir, de s’opposer et de prévenir toute forme de violence. L’Islam, religion de la miséricorde, a déclaré ouvertement que c’est Allah qui crée et donne vie aux êtres vivants. Il est particulièrement indiqué que tous les êtres vivants et non vivants sont confiés sous la protection de l’humanité. Pour cette raison, approcher tous les êtres du monde avec compassion et miséricorde, c’est protéger la confiance d’Allah, cela est considéré comme l’un de nos devoirs religieux en tant que musulmans.

Chers Musulmans !

Dans le Saint-Coran, Pharaon nous est présenté comme le plus grand tyran de l’histoire. En plus de sa prétention à la divinité et des tortures qu’il infligeait aux Israélites, il suscitait également la colère d’Allah suites aux violences qu’il appliquait à sa femme, Asiya (a.s). Les cris d’Asiya (a.s) sont relatés dans la sourate Tahrim: « Allah a cité en parabole pour ceux qui croient, la femme de Pharaon, quand elle dit : « Seigneur, construis-moi auprès de Toi une maison dans le Paradis, et sauve-moi de Pharaon et de son œuvre; et sauve-moi des gens injustes ! ». »[5] Lors du pèlerinage d’adieu, où presque tous les Compagnons étaient présents, afin d’éviter la cruauté domestique notre Prophète ﷺ dit : « Soyez bienveillants à l’égard des femmes, car vous les prenez en tant qu’épouses par un pacte que vous concluez au Nom d’Allâh. »[6]. Il était le plus grand exemple pour nous à cet égard et a toujours traité ses femmes avec équité, amour et patience.

Selon Aisha (r.a.), mère des croyants, « Le Messager d’Allah  n’a jamais frappé ni un serviteur, ni une femme »[7]

Que notre Seigneur Tout-Puissant nous permette d’être parmi ceux qui font preuve de la plus haute moralité, douceur et patience, d’abord envers notre propre famille, puis envers les autres et tous les êtres.

[1] Sourate Âl-i İmrân, 3:57

[2] Muslim, Birr, 15, H.No: 2577 (hadîth-i qudsi)

[3] Muslim, Birr, 23, H.No: 2594

[4] Abû Dâwûd, Adab, 1, H.No: 4774

[5] Sourate Tahrîm, 66:11

[6] Muslim, Hajj, 19, H.No: 1218

[7] Abû Dâwûd, Edeb, 5, H.No: 4786

Sermon-Les Violences Domestiques

[supsystic-social-sharing id="1"]