Sermon: La fête de Ramadan

01. Mai 2022
Minbar

Chers musulmans !

Louanges à Allah, nous avons passé le mois de Ramadan avec adoration et obéissance, et aujourd’hui nous avons atteint la fête. Pendant un mois, nous avons jeûné et effectué des prières de Tarawih pour obtenir la satisfaction de notre Seigneur. Nous avons réalisé des lectures du Coran. Nous nous sommes acquittés de nos Zakat el-Mâl et el-Fitr, ce qui a renforcé nos sentiments de fraternité et de solidarité. Dans l’ambiance spirituelle du mois de Ramadan, nous avons vécu le bonheur d’être unis tout en nous efforçant d’accomplir au mieux nos actes d’adoration. Et c’est avec la joie d’espérer la récompense d’Allah que nous sommes tous présents à la mosquée ce matin de fête. Les fêtes sont des jours de joie et de rappel d’Allah. Ce sont les jours où les gens sont en paix avec eux-mêmes et avec l’humanité entière.

Chers frères!

D’autre part, le nombre de réfugiés quittant leur foyer en raison de la guerre, des conflits, de la violence et de la pauvreté dans différentes parties du monde augmente de jour en jour. Il est impensable pour nous, musulmans, de rester indifférents à ce triste état de fait. Même si nous sommes en fête, nous devons partager ces douleurs et soutenir les victimes. Nous devons soutenir tous les réfugiés autant que possible par le biais de l’association Hasene. Nous appelons les pays et les institutions responsables à agir, et les personnes consciencieuses à élever la voix afin d’arrêter les guerres et d’empêcher que les gens ne soient chassés de chez eux. Dans notre Livre sacré, le Saint-Coran, il est dit: “Allah appelle à la demeure de la paix et guide qui Il veut vers un droit chemin.”[1]

L’islam, notre religion, nous oblige à lutter pour la paix et la tranquillité dans le monde.

Chère communauté !

En ces jours de fête, nous ne devons pas refuser nos sourires et nos cadeaux à nos voisins, et cela est une exigence liée à nos relations sociales. Nous devrions pouvoir les associer à notre joie de la fête. Nous devons visiter nos aînés, nos parents et nos proches. Nous ne devons pas négliger les membres de nos familles qui sont dans nos villes natales, et leur souhaiter une bonne fête, même si ce n’est que par téléphone. N’oublions pas que les fêtes occupent une place particulière pour nos enfants. Nous devons les rendre heureux avec nos cadeaux, nous lever tôt et les emmener à la mosquée pour la prière de l’Aïd afin qu’ils puissent vivre cette joie avec nous. Nous devons maintenir notre état d’esprit développé grâce à la pratique du jeûne et éviter les mauvais traits de caractères comme la médisance, la calomnie ou l’indiscrétion. Allah le Très-Haut dit dans le Coran: Ô les croyants ! Craignez Allah, cherchez le moyen de vous rapprocher de Lui et luttez pour Sa cause. Peut-être serez-vous de ceux qui réussissent !”[2] Nos invocations doivent se faire sincèrement pour qu’elles puissent nous rapprocher d’Allah en toutes circonstances. Nous devons faire des bonnes actions afin d’obtenir Sa satisfaction.

Chers croyants !

Notre prophète Muhammed Mustafa (saw) a dit: “Ne coupez pas les relations entre vous, ne vous tournez pas le dos, ne vous détestez pas et ne vous enviez pas. Ô serviteurs d’Allah, soyez frères. Il n’est pas permis à un musulman de rompre les liens avec son frère musulman plus de trois jours.”[3] Essayons donc dans la mesure du possible de profiter des jours de fête pour réconcilier nos frères et soeurs qui ont de la rancoeur les uns pour les autres. N’oublions pas que la miséricorde se trouve dans l’union et que le châtiment se trouve dans la division.

En ce jour de fête, puisse Allah répandre le bien sur nous et sur l’ensemble du monde musulman. Qu’Allah nous permette de vivre des fêtes où les personnes opprimées auront retrouvé le sourire. Amine!

[1] Sourate Yûnus, 10 :25

[2] Sourate al-Ma’ida, 5 :35

[3] Boukhârî, Edeb, 57, 58, 62 ; Muslim, Birr, 23, 24, 28

Sermon: La fête de Ramadan