Sermon du Vendredi

Sermon: Le Droit De La Fraternité

03. September 2021
Rahla

Chers Croyants, Chères Croyantes !

Dans la religion musulmane à laquelle nous appartenons, les relations entre les musulmans sont régies par la jurisprudence de la fraternité. Notre Seigneur nous dit dans la sourate des Appartements : « Les croyants ne sont-ils pas des frères? Réconciliez donc vos frères et craignez Dieu, afin de mériter Sa miséricorde. »[1]. Le reflet de notre fraternité dans notre vie de tous les jours est l’amour. Le Prophète (sas) nous montre l’importance de s’aimer entre musulmans avec ces paroles : « Vous n’entrerez pas au Paradis tant que vous ne croirez pas, et vous ne croirez pas tant que vous ne vous aimerez pas les uns les autres. Voulez-vous que je vous indique une pratique qui répandra l’amour entre vous ? Propagez le Salam entre vous. »[2]. Un des enseignements de ce hadith est que l’une des conditions pour être croyant et atteindre la satisfaction d’Allah est d’aimer ses frères de religion.

Chers Musulmans !

Le concept d’amour en Islam n’est pas une parole en l’air. Ce sentiment d’amour nous donne des responsabilités. Le musulman est celui qui accompli son devoir de fraternité. Notre Prophète (sas) nous dit : « Nul d’entre vous ne sera croyant tant qu’il n’aimera pas pour son frère ce qu’il aime pour lui-même. »[3]. Vouloir pour nos frères les mêmes bienfaits que nous désirons pour nous-même, voici la base du droit de la fraternité. Un stade avancé de cette fraternité est de donner priorité à son frère plutôt qu’à sa propre personne. Cet altruisme était très répandu chez les compagnons et il constitue, en cette époque d’égoïsme et d’individualisme, un exemple très important pour nous autres musulmans.

Chers Fidèles !

Peu importe sa couleur, sa langue, son ethnie ou ses origines, tout musulman est une brique de l’édifice que représente l’Islam. Pour expliquer les liens de fraternité unissant les croyants, le Prophète (sas) croisa les doigts  et dit : « Les croyants sont entre eux comme les briques d’une construction, ils se soutiennent les uns les autres. »[4].

Dans un autre hadith le Prophète (sas) dit : « Ne vous enviez pas les uns les autres, ne trichez pas dans le commerce et ne vous tournez pas le dos ! Soyez des serviteurs d’Allah et des frères comme Allah vous l’a ordonné. Le musulman est le frère du musulman, il ne l’opprime pas, il ne l’abandonne pas et ne le méprise pas. ». Après quoi il dit, en désignant trois fois sa poitrine : « C’est là que réside la crainte d’Allah. Le fait même qu’un musulman méprise son frère est déjà un mal en soi. Toute la personne du musulman est sacrée à l’égard de son frère : tant sa vie que son honneur et ses biens. »[5]. S’inquiéter pour ses frères et sœurs qui vivent dans d’autres contrées, aussi lointaines soient elles, est un devoir sacré. Si le musulman est insouciant envers les autres éléments qui constituent la communauté musulmane, alors il doit s’interroger sur sa foi, car il est dans la négligence et l’oubli.

Mes Chers Frères et Sœurs !

La discorde et les guerres qui déchirent le monde musulman est la conséquence de notre négligence concernant la jurisprudence de la fraternité qu’Allah nous a ordonné. Le Prophète (sas), qui était très miséricordieux envers les musulmans, nous dit : « Il n’est pas permis à un musulman d’être fâché avec son frère en religion plus de trois jours ! »[6]. Il nous apprend avec ces paroles qu’Allah désire que les musulmans ne rompent point les liens qui les unissent. Ce faisant, nous pourrons retrouver l’esprit de fraternité qui unissait les compagnons et ainsi atteindre la miséricorde et la bénédiction d’Allah.

Qu’Allah nous permette de voir de nos yeux les jours où la fraternité entre les musulmans sera rétablie et qu’Il fasse de nous des intermédiaires pour la rétablir. Âmin.

[1] Sourate Al-Hujurât (Les Appartements), 49:10
[2] Mouslim, Îmân 93-94; Tirmidhî, Et’ime 45
[3] Boukhârî, Îmân, 7; Mouslim, Îmân, 71
[4] Boukhârî, Salat, 88, H.No: 481; Mouslim, Birr, 17, H.No: 2585
[5] Mouslim, Birr, 10, H.No: 2564
[6] Boukhârî, Adab, 57, 62; Mouslim, Birr, 26

Sermon-Le Droit De La Fraternité