Sermon du Vendredi

Sermon: Le racisme: une mentalité issue de l’ignorance préislamique

30. Juni 2022
Mimbar Deckenleuchten

Mes chers frères!

La société de l’ignorance préislamique a été marquée par une période sombre dominée par le tribalisme. Au cours de cette période, où la domination était obtenue grâce à la lignée, l’appartenance ethnique et la richesse, les puissants persécutaient les faibles et leur interdisaient d’avoir un peu de paix. Dans la société de l’ignorance préislamique ou « jahiliyya », la moindre insulte ou offense à l’encontre d’une tribu provoquait des hostilités qui pouvaient durer plusieurs années. Dans une telle période, notre Prophète Muhammed Mustafa (saw) a mis le racisme sous ses pieds et a dit : « Ô vous les gens! Certes votre Seigneur est unique et certes votre père est unique. Il n’y a pas de mérite pour un Arabe sur un non-Arabe, ni pour un non-Arabe sur un Arabe, ni du rouge sur le noir, ni du noir sur le rouge si ce n’est par la piété. Certes celui d’entre vous qui est le plus noble auprès d’Allah est celui qui est le plus pieux. »[1]

Chers croyants !

Selon les principes établis par l’islam, il n’y a pas de supériorité entre les personnes pour des raisons physiques telles que la couleur, le sexe et les différences géographiques. Se moquer des gens et les rabaisser en raison de leurs origines revient à ignorer la sagesse d’Allah dans leur création. Personne ne peut choisir sa couleur de peau ou sa nationalité, tout comme personne ne peut choisir ses parents. Dans l’histoire de l’humanité, de nombreuses guerres ont éclaté à cause de l’idéologie du racisme. Des gens ont été chassés de chez eux, ont subi des injustices et ont été massacrés. Les femmes, les enfants et les personnes âgées en ont payé le plus lourd tribut.

Mes chers frères!

Souvenons-nous de nos frères et sœurs bosniaques, qui ont été injustement expulsés de leurs demeures à Srebrenica le 11 juillet 1995, au milieu de l’Europe, devant le monde, et ont été massacrés à cause de leur croyance. N’oublions pas ceux qui ont traité les réfugiés de manière inhumaine, ce qui a été à l’ordre du jour de l’opinion publique mondiale ces dernières années. N’oublions pas que ceux qui propagent le racisme commettent des crimes contre l’humanité. La douleur de nos jeunes de différentes ethnies et confessions lors de l’attaque de Hanau en Allemagne ces dernières années est encore vive. Nous nous souvenons encore du meurtre de Marwa al-Sherbini, une immigrée égyptienne de 32 ans, devant le juge et d’autres officiers, par un raciste. La douleur de ceux qui ont perdu la vie dans les meurtres des groupes extrêmistes en Europe est encore fraîche dans le cœur de leurs familles. Afin d’assurer la paix sociale, toutes les couches sociales doivent lutter contre le racisme. Soyons conscients que ces événements douloureux sont une leçon pour les croyants. Allah (azwj) dit dans le Coran : « Et parmi Ses signes la création des cieux et de la terre et la variété de vos idiomes et de vos couleurs. Il y a en cela des preuves pour les savants. »[2]

Chers musulmans !

Le racisme n’a pas de couleur, de nationalité ou de religion. Le racisme est une maladie condamnée par toutes les religions. Fermer les yeux sur ce fléau et ne pas essayer de la prévenir est une forme de racisme. En effet, notre Prophète (saw) a dit dans un hadith : « Si les gens voient un oppresseur et n’empêchent pas son oppression, il est inévitable qu’Allah leur inflige un châtiment général. »[3]. Ces atrocités commises au nom du racisme ne doivent pas être oubliées, des efforts doivent être faits pour empêcher que cette maladie ne se transmette de génération en génération. Nous devons nous rappeler que nous sommes tous les enfants d’Adem (as). Je commémore avec miséricorde ceux qui sont morts à cause du racisme, et termine mon sermon par un hadith de notre Prophète (saw) : « Celui qui appelle au racisme n’est pas des nôtres. Celui qui se bat pour le racisme n’est pas des nôtres. Celui qui est mort pour la cause du racisme n’est pas des nôtres ! »[4]

[1] Musnad-i Ahmed, H. N°23489

[2] Sourate ar-Rûm, 30 :22

[3] Abû Dawûd, Melâhim, 17

[4] Abû Dawûd, Edeb, 111-112

 

Sermon: Les liens de parenté

[supsystic-social-sharing id="1"]