Sermon du Vendredi

La Jalousie Consume Les Bonnes Euvres

15. Januar 2021
Koran Tasbih Rot

Chers Croyants !

L’homme, qui est la plus noble créature créée par Allah, possède sur le plan comportemental des vertus mais également des défauts. L’un de ces défauts est sans nul doute la jalousie, que l’on désigne en arabe par le terme hasad. Ce terme fait référence au désir de désirer un bien ou une qualité que possède autrui, ou bien la volonté de voir la personne enviée être dépossédée de ce bienfait. Notre noble religion, qui a pour objectif l’épanouissement social et individuel de l’homme, interdit de se montrer envieux envers autrui. Dans le Saint Coran, envoyé comme guide pour l’humanité, notre Seigneur dit : « Et ne tends point les yeux vers ce dont Nous avons donné jouissance temporaire à certains groupes d’entre eux, comme décor de la vie présente, afin de les éprouver par cela. Ce qu’Allah fournit au Paradis est meilleur et plus durable. »[1]

Chers Fidèles !

La jalousie est le nom donné au sentiment pervers ressenti par Iblis à l’encontre de Adam (a.s). Le fratricide de Habil par Qabil ou l’histoire de Yusuf (a.s) qui fut jeté dans un puits par ses frères font partie des exemples que l’on rencontre dans le Coran de comportements dangereux que peut engendrer la jalousie. La jalousie est un sentiment tel qu’il éloigne de la miséricorde d’Allah. Le Prophète Muhammad Mustafa (s.a.s), qui fut envoyé comme miséricorde pour l’humanité, a mis en garde contre ce sentiment dans le hadith suivant : « Méfiez-vous de l’envie, car elle consume les bonnes œuvres comme le feu consume le bois. »[2]

Chers Musulmans !

Il n’est pas concevable que la jalousie fasse partie du caractère d’un musulman ayant foi en Allah et au Jour du Jugement Dernier. Un croyant qui se comporte selon les enseignements de l’Islam souhaite pour ses frères ce qu’il désire pour lui-même. Même s’il peut désirer ce que possède son frère, il ne saurait souhaiter que ce dernier en soit dépossédé.

Notre guide éternel qu’est le Messager d’Allah (s.a.s), nous informe sur ceux que l’on doit envier : « Il n’y a que deux personnes que l’on puisse envier : celui à qui Allah a donné de l’argent et qui réussit à le dépenser dans la droite voie et celui à qui Allah a fait don de la science et de la sagesse et qui œuvre selon elle et l’enseigne aux autres. »[3]

Mes Chers Frères et Sœurs !

Celui qui se montre envieux cause plus de dommages envers sa propre personne qu’à celui qu’il envie. Être envieux de la fortune, du succès ou des qualités d’autrui revient à critiquer le destin et renier la miséricorde d’Allah. Nos savants disent ainsi : « Celui qui croit au destin, est préservé de tout chagrin ». Par ailleurs, notre Créateur dit à ce propos dans le Coran : « Est-ce eux qui distribuent la miséricorde de ton Seigneur ? C’est Nous qui avons réparti entre eux leur subsistance dans la vie présente et qui les avons élevés en grades les uns sur les autres, afin que les uns prennent les autres à leur service. La miséricorde de ton Seigneur vaut mieux, cependant, que ce qu’ils amassent. »[4] Il nous enjoint ainsi à nous soumettre à notre destinée.

Qu’Allah nous place parmi Ses serviteurs qui se soumettent à sa volonté, et non parmi les envieux. Âmin

[1] Sourate Tâ-Hâ, 20:131
[2] Abû Dâwûd, Adab, 44
[3] Bukhârî, ‘Ilm, 15; Muslim, Salâtu’l-Musâfirîn, 268
[4] Sourate Az-Zuhruf (L’Ornement), 43:32